Soldiers Media 237
Chronique Culture Soldiers Decouverte

Françoise PUENE : La lionne indomptable de l’entreprenariat

Françoise PUENE

De vendeuse de BHB (Beignet Haricot Bouillie) à milliardaire, Françoise PUENE s’est bâti une fortune colossale à la suite d’un travail extrêmement acharné de très longue haleine.

Crâne rasé, grande de taille et fine, Françoise PUENE a un style vestimentaire souvent sombre et coloré. Chemise et cravate style qui lui vaut le surnom de Mamy Nyanga (Dame coquette).

Née le 28 févier 1967, dans la région de l’ouest Cameroun précisément à Bafang, la directrice présidente des hôtels Franco est issu d’une famille polygame. Son père catéchiste et commerçant. Enfant, elle s’occupe du panier de l’Église de l’école tous les matins où elle s’y rend dès 6h. En 1980, elle obtient son CEPE à la mission catholique de Banja. Ensuite, elle rejoint sa grand-mère à Fondjomekwet (région de l’ouest), et va au CES à Bandja. À peine 15 ans, elle sera l’épouse du chef  Banka pendant 5 ans. Pour insoumission, elle sera répudiée de la chefferie C’est ainsi que Mamy Nyanga se lance dans le système de la débrouillardise  via le commerce de beignet haricot bouillie.

Après l’obtention du concours des infirmières brevetées  elle exerce ensuite comme infirmière à l’hôpital Ad Lucen de Banka. Durant son passage à l’hôpital elle se lie d’amitié avec une patiente (commerçante). Dès- lors, elle s’intéresse à la commercialisation de tissu et vêtements en provenance de Cotonou au Bénin.

Après  avoir connu la traversée du désert la frustration et l’humiliation en fin année 80 Françoise PUENE voyage en business classe pour ses différentes activités. Sa voie est ainsi tracée. Plus tard, elle quitte Bafang et ouvre un bar à Bafoussam. Ensuite elle s’installe à Yaoundé pour participer aux marchés publics. Elle est arrêtée puis incarcérée et reste 12 mois à la prison centrale de Douala.  Expérience qui lui pousse a créé une association d’aide aux personnes détenues

Hôtelière et entrepreneuse de bâtiment. La bayam-Sellan ouvre son premier hôtel en 2005. Le groupe Franco construit en trente ans est présent dans l’hôtellerie, l’immobilier et le BTP.

Françoise utilise également sa notoriété pour motiver et coacher la jeune génération au Cameroun et à l’étranger « Pour réussir il faut l’honnêteté, croire en soi, vaincre la peur. Et bien entendu, il faut oser, passer à l’action » conseille t- elle. Généreuse, elle s’investit également dans le social et se bat pour l’émancipation de la femme et la jeune fille.  Militante engagée au sein du RDPC Elle réclame la nomination des femmes dans les postes ministériels prestigieux. Téméraire, cette dame de fer n’a pas peur d’affronter l’inconnu et de se salir les mains.

En avril 2019, elle a reçu le prix panafricain lors de la 1ère édition de bâtisseurs de l’économie Africaine et en mars 2020, elle est invitée au business inspiring women conférence à Washington. La meilleure entrepreneuse africaine 2019 des JIFA d’or aime à rappeler que pour être un entrepreneur à succès, il faut avoir certaines valeurs. Mère de deux enfants, la milliardaire Camerounaise est un exemple atypique que le rêve.

Related posts

Laura Dave : L’étoile filante de l’entrepreneuriat médiatique

Geraldine KEMBEU

Ferdinand Oyono : L’homme D’Etat Et De La Littérature Camerounaise

John Mouyeme de Djene

Ameli Bengono : Dans le silence de « Jean l’Afrique »

Borrin Kamguia

Laisser un commentaire