Soldiers Media 237
Soldiers Decouverte

Port Autonome de Douala : La manivelle portuaire de la zone CEMAC

Situé sur l’estuaire du Wouri, le Port Autonome de Douala baigne sur l’océan Atlantique. Il est né de la réforme portuaire de 1998 qui a vu disparaître l’ONPC, l’Office National des Ports du Cameroun. De nos jours le Port Autonome de Douala via son apport ne cesse de redorer l’image du Cameroun.

HISTOIRE

Les premiers aménagements auraient été entrepris en 1881 par la firme Allemande Woermann-Line à la suite d’un accord avec les chefs Douala. Au départ, le port est un simple terre-plein construit au niveau du village Akwa. La construction d’un véritable quai en béton sera entrepris par les Allemands sous l’autorité du gouverneur Jesko Von Putt Kamer.

GRANDES DATES

1881 : Premiers Travaux de la “Woermann Line” en vue de faciliter l’accostage des embarcations. Quai de 65m.

1922 : Lancement du premier plan d’extension du port. Superficie de 10 ha et quai de 540m

1948 : Deuxième plan d’extension. Superficie de 60 ha et quai de 2,7km
1950 : Création d’un Service Spécial des Ports et Voies Navigables du Cameroun
1960 : Indépendance. Le service des Ports et Voies Navigables est rattaché au Ministère des Transports

1970: Apparition du trafic par conteneurs
1971 : Création de l’Office National des Ports du Cameroun (ONPC)
1979 : Fin des travaux du 3ème plan d’extension du Port de Douala (réserve foncière portée de 60 à 1000 ha, quai de 10km). Ces travaux, qui comprenaient, entre autres, le remblayage du bras mort du fleuve Wouri, ont notamment donné lieu à la création de la fameuse “Base Elf” qui abritait les cérémonies du Ngondo.

198x : Fin des travaux de construction du Centre des Affaires maritimes (Immeuble SIMAR)

198x : Déplacement du siège de l’ONPC à l’Immeuble SIMAR
1997 : Table ronde sur l’activité Maritime
1998 : Loi d’orientation n° 98/021 du 24 décembre 1998 portant organisation du secteur portuaire
1998 : Création d’une Autorité Portuaire Nationale et de 04 Ports Autonomes.

1999 : Promulgation du décret n° 99/130 portant création du Port Autonome de Douala qui continue à assurer la gestion des 3 autres (Kribi, Garoua et Limbé).

2002 : Promulgation du décret 2002/163 créé un troisième organe d’administration de l’entreprise : l’Assemblée Générale

2016 : Fin de la 1ère phase du projet de construction du Port en eaux profondes de Kribi. Création de la société Port Autonome de Kribi.

Lors de l’indépendance du Cameroun, le Port Autonome de Douala est transféré à l’Office National des Ports du Cameroun. Le PAD sous sa forme juridique actuelle est né en 1999 de la loi N°98/021 du 24 décembre 1998 portant organisation du domaine portuaire national. Dans la même lancée notons qu’en 1968, la République Fédérale du Cameroun émet un timbre dédié au port de Douala.

Le PAD est issu de la scission de l’ONPC en plusieurs entités : les ports autonomes d’une part, qui opèrent les ports Camerounais, et l’autorité portuaire nationale d’autre part, qui contrôle les ports autonomes.

Caractéristiques du Port Autonome de Douala

Les caractéristiques du PAD sont les suivantes :

  • Capacité annuelle de trafic de 15.000.000 tonnes,
  • 26 quais d’accostage sur 5,5km de long,
  • Une superficie de 1000 ha dont 600 sont en exploitation.

En 2003, les délais de sortir de l’enceinte du port étaient en moyenne de 14 jours. Le PAD comme toute structure portuaire réalise des activités quotidiennes tels que : l’entreposage, l’acconage, la manutention, le remorquage, la consignation, le stockage, le pilotage et le lamanage.

Le port autonome de Douala assuré 95% du trafic portuaire National Camerounais et est le 1er port de la zone CEMAC. Il permet d’ailleurs de desservir les États enclavés du Tchad et de la République Centrafricaine, via des accords spécifiques. À ce titre, les exportations et importations en provenance ou à destination de ces pays bénéficient de tarifs préférentiels.

Le PAD est placé sous la tutelle du Ministère des Transports ayant pour représentant administratif Cyrus NGO’O en sa qualité de Directeur général.

Related posts

LE PHENOMENE DE « PAMBE » A L’OUEST CAMEROUN

MALACHIE FOTSO

Jean Bikoko : Le Pape De l’Assiko Moderne

John Mouyeme de Djene

CANAL+: Un pas géant dans l’univers du digital 

Abigaille

Laisser un commentaire