Soldiers Media 237
Chronique Culture

NKOTTI FRANÇOIS : À jamais, Destopellaire

C’est avec effroi que nous avons appris la disparition ce 4 août, la disparition du monument de la culture camerounaise et particulièrement du makossa, le maestro NKOTTI FRANÇOIS.

Apparemment entré à l’hôpital général de Douala suite à un malaise fait la veille, c’est dans la journée qui suivra que Desto poussera son dernier soupir. A tout seigneur tout honneur, nous vous proposons un retour sur le parcours de NKOTTI FRANÇOIS.

NKOTTI FRANÇOIS, un passionné qui a tout donné pour son art

Né le 15 février 1951 à Souza, une petite ville pas loin de la capitale économique, NKOTTI FRANCOIS était un artiste chanteur, musicienauteur et compositeur de talent  qui a su faire la gloire du Makossa avec son groupe les Black Styl. Vers 1972, c’est dans un snack bar que ÉMILE KANGUE, TOTO GUILLAUME, YVES LOBE, JEAN MOUELLE et NKOTTI FRANÇOIS se rencontrent par hasard en découvrent les talents musicaux que ceux-ci partagent. L’objectif est clair, il faut redorer le blason de la musique camerounaise face à la concurrence des tendances venant du Congo et de l’Occident.

Après leur séparation, NKOTTI FRANÇOIS se lance dans une carrière solo et il atteindra le sommet de la gloire. Avec la collaboration de TOTO GUILLAUME, il sortira dans les années 70 son emblématique titre « Françoise » qui marquera un tournant dans sa carrière. Toujours au service de l’art qui le passionnait, Desto, diminutif de Destopellaire, se donnera pour mission de révéler au grand public de nombreux artistes tels que SALLE JOHN, BELKA TOBIE ,LONGUE LONGUE, BIG BENJI MATEKE, TCHOP TCHOP, où encore sa dernière œuvre en date à savoir LES SÉRAPHINS, un jeune trio spécialiste du gospel en langue locale.

Il est le fondateur du grand concours de chant Mutzigstar . Il lancera également le Festival FOMARIC en 1993.

Sa passion pour la musique et surtout pour la guitare était immense . Tellement forte qu’il se souvenait lors d’une interview qu’à l’époque où il n’était encore qu’élève dans une école de la ville de Souza, il en avait déjà confectionné une à l’aide des coques de noix de coco et des fils de pêche. Celle-ci lui sera confisquée quelques annees aprrès par Monsieur Daniel, son maître du Cm1 ; Un souvenir qui ne quittera jamais la mémoire du chanteur ; confia ce dernier en février dernier devant un micro de la CRTV.

Pour aller plus loin, NKOTTI FRANÇOIS publiera son ouvrage de 290 pages, “Appelez moi Desto”, une autobiographie qui raconte son parcours, l’origine de ce surnom emblématique et les raisons l’ayant poussé à faire la musique.

NKOTTI FRANÇOIS, un politicien engagé

Maire de Bonaléa, dans le département du Moungo pendant onze à savoir de 2002 à 2013, NKOTTI FRANCOISa construit des écoles, des centres de santé, des ponts. “J’ai trouvé un compte administratif à cette époque qui était à 25 millions de FCFA et un budget de moins de 60 millions. Au moment où je partais, il était à plus de 300 millions de FCFA.”, a-t-il confié lors d’une interview aux côtés de STEVE TCHIEGA de la CRTV. Une façon simple de rappeler qu’il a énormément contribué au développement de sa commune en particulier et du Cameroun en général.

Il était également un membre suppléant du comité central du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais. En somme un élément central de la vie politique dans le Littoral mais aussi sur toute l’étendue du territoire national.

NKOTTI FRANÇOIS, à jamais dans nos cœurs

Avec plus de 150 titres et 70 albums, le Maestro Destopellaire laissé un lourd patrimoine à cette nation, riche de si patrimoine et de ses œuvres. A l’annonce de sa disparition, les réseaux sociaux s’enflamment , les artistes sont en pleurs. Selon nos sources à l’hôpital général de Douala, le service de la morgue s’est rapidement vu débordé de sympathisants et connaissance de l’artiste .

A grand homme , grand Hommage, on se souviendra toujours de NKOTTI FRANÇOIS, LE DESTOPELLAIRE.

Related posts

Cameroun Miss Mister Academic, la promotion de la beauté et de l’intelligence

Borrin Kamguia

Ce que les gens ne savent pas du clash Nernos et Tenor

Borrin Kamguia

Douala : Le poumon économique du Cameroun

Geraldine KEMBEU

Laisser un commentaire